Les arts districtsdésignent les quartiers centraux des grandes villes américaines qui servent à attirer les artistes et les institutions culturelles. En 2005, plus de 100 villes aux États-Unis possèdent un art district.

Après la Seconde Guerre mondiale, les centres-villes américains se vident de leurs populations aisées . Celle-ci déménage en banlieue (les suburbs) et laisse les quartiers centraux aux populations les plus pauvres. Les centres-villes deviennent rapidement des ghettos la misère et la violence sont des états très présents . Depuis les années 1980-1990, les municipalités encouragent le retour des classes moyennes et aisées dans le centre-ville par divers moyens : avantages fiscaux pour les entreprises,rénovations des immeubles, sécurisation, implantation d'institutions culturelles et d'artistes. Ces derniers moyens fondent la politique des arts districts.

En attirant des artistes , l'image du quartier s'améliorera, les hôtels, les restaurants, les cafés s'ouvriront et les touristes reviendront. Le soir, les centres-villes resteront fréquentés. Cette politique sera soutenue par l'État fédéral qui, par l'intermédiaire du ministère du Commerce, accordera des subventions. Les autres aides financières proviendront de l'échelon local, des Etats fédérés et des municipalités.

On assiste depuis quelques années à une grande renaissance du centre-ville . Dans les années 1970 ,  de nombreux grattes-ciels ont été construis dans ce quartier, qui se vidait malheureusement dès la fermeture des bureaux. Au début du XXI siècle la municipalité a décidée  de transformer le downtown, en coopération avec des institutions privées. Les objectifs sont de diversifier les fonctions du centre-ville, de revaloriser le patrimoine et de créer des espaces publics. Il s'agit de développer les lieux dédiés au divertissement; à la culture, de former un art district, d'attirer la population et les touristes, de renforcer l'importance de Los Angeles et du centre de la ville par rapport à la vaste agglomération qui n'ai plus vraiment là. L'ambition est de mettre en place un centre ville qui fera gagner beaucoup d’argent à l’État

Pour cela, de nombreux projets ont vu le jour, notamment sur l'axe de la Grand Avenue qui devait être achevé en 2009 et coûter 1,8 milliard de dollars, que le maire voulait transformer en Champs-Elysées de la côte ouest. Un programme de restauration a vu le jour pour Broadway (vieux cinémas de l'Entre-Deux-Guerres) et pour de nouveaux lofts sur Spring Street. La bibliothèque centrale, érigée dans les années 1920 en style Art déco a été réhabilitée. De nouveaux bâtiments sont sortis de terre: le Walt Disney Concert Hall signé Frank Gehry (003), le building de la MTA, la cathédrale Notre-Dame des Anges conçue par Rafael Moneo (2002). La concentration d'institutions culturelles (musée d’arts contemporains, la Colburn School Performing Arts) doivent redonner de l'intérêt pour le centre-ville. Les résultats de cette politique de reconquête du centre-ville sont regardés avec attention par les urbanistes du monde entier: beaucoup d'Angelins choisissent de revenir vivre dans le centre où plus de 10 000 lotissements sont actuellement en construction. La redensification urbaine et la création de nouveaux parcs vont donc changer le visage de la ville d'ici quelques années. Cependant, Grand Avenue est plutôt fréquentée par les classes moyennes ou riches, et est propice à la gentrification, tandis que les ghettos existent toujours.