Tout le monde sait qu’il est important de faire de l’exercice sur Terre pour garder la forme et perdre du poids. Mais en orbite, cela est absolument essentiel.

 

        L’activité physique est le moyen le plus efficace de contrer les effets indésirables de l’apesanteur sur le corps humain. L’exercice occupe une grande place au quotidien notamment dans la Station spatiale international (S.S.I.).

         Au cours d’une mission de longue durée, les astronautes doivent faire de l’exercice environ deux heures par jour.

         Sur Terre, chaque fois que nous bougeons, la pesanteur offre une résistance aux muscles et aux os de notre corps. C’est comme faire un peu d’exercice sans s’en rendre compte !  Ainsi notre corps reste assez fort pour supporter notre propre poids.

     A l’inverse, en apesanteur, les os et les muscles n’ont pas à supporter  le poids du corps des astronautes. En plus, le cœur devient moins efficace, il devient paresseux car celui-ci n’a pas à travailler aussi fort que sur Terre pour contrer la gravité et pomper le sang jusqu’aux muscles.

       On prend l’exemple de Thomas Pesquet :

Il est né le 27 février 1978, à Rouen.

C’est un astronaute français de l’A.S.E (l’Agence Spatiale Européenne).

Avant de partir dans l’espace pendant 6 mois, il pratiquait du judo, basket, de la plongée, du parachutisme et de l’alpinisme.

Quand il séjourna dans la station spatiale pendant six mois, il faisait du sport 2 heures par jour et tous les formes de sport (course, vélo, squats…).